L'histoire de Saché

A la préhistoire

L’installation des premiers habitants de la Vallée de l’Indre aux environs de Saché est confirmée par la découverte d’outils en silex taillé au bord de la rivière près des Aulnays, à Bécheron et à la Sablonnière.

Au Moyen-âge

Le premier bourg de Saché , « Sacchaium » nait à l’époque des gaulois vers le VIè siècle avant JC. Il est formé de simples cabanes de pierres surmontées de toits de chaume. Jusqu’aux environs de 450 après JC, la domination romaine fait prospérer la Touraine, mais à ce jour, aucun vestige ne subsiste dans la vallée près de Saché.

A partir de 511, à la mort de Clovis, et pendant près de 3 siècles, les guerres se succèdent entre les différentes lignées de successeurs du roi, les campagnes françaises sont alors dévastées, les vignes arrachées, les troupeaux décimés, les maisons incendiées… Pour se protéger de ces invasions et razzias, les habitants creusent les coteaux de la vallée pour y installer des souterrains refuges où se succèdent des couloirs tortueux semés de pièges.

En 1250, on sait que la terre de Saché appartient à un certain Guillaume. Du XIIIè siècle au XVè siècle, on ne trouve aucun document indiquant les noms des différents seigneurs de Saché. Cependant, les paysans de la région ont dû certainement subir les calamités de la guerre de 100 ans.

Après l’épopée de Jeanne d’Arc et la paix retrouvée, tous se remettent au travail, on défriche, on laboure et ensemence, on reconstruit les maisons, les châteaux et les villages sont ainsi rénovés. L’auberge de Saché et les maisons qui l’entourent datent manifestement de cette époque. 

De l’époque féodale, au château, on ne retrouve aujourd’hui qu’une tour d’enceinte, le pigeonnier, la vis de l’escalier et les douves de la façade nord.

A la Renaissance

De 1457 à la fin du XVIè siècle, les terres de « Saiché » appartiennent aux seigneurs de Pont de Ruan, c’est la famille Savary qui vit au château de la Chevrière. Le château devient propriété de la famille Rouxelley qui transforme la demeure fortifiée en manoir de plaisance.

A cette époque de la Renaissance, une certaine aisance et une plus grande sécurité annonce la douceur de vivre qui fait encore la renommée de la Vallée de la Loire et notamment de la Touraine.

A Saché, les plus anciens registres paroissiaux datent de 1552, ils sont utilisés pour recenser l’état civil. Mais pendant plusieurs siècles ils constituent aussi les premières chroniques villageoises puisqu’ils sont annotés des évènements les plus significatifs du village. En voici quelques exemples :

  • « 31 décembre 1564, l’eau bénite estant dans les fons gelée d’un doigt d’épaisseur, grand hyver … »

  • En 1608, un acte de baptême peu banal : « Le vendredy, vingt cinquième jour de mars, fut baptisée Marguerite, fille de René de Rouxellé, Chevalier du Roy, (…) seigneur et baron de Saché et Pont de Ruan et puissante Dame Marguerite de Montmorency… », titre de baron jamais justifié par une lettre patente. C’est aussi le début d’un destin hors du commun. (Voir Célébrités)
  • En 1660, il est décidé qu’une année sur deux, une partie de la commune de Saché serait rattachée à celle de Pont de Ruan afin de lui apporter de nouveaux subsides, celle-ci étant beaucoup plus petite que Saché.

  • En 1747, Jacques Marie de Villiers devient propriétaire de Saché et le revend quelques années plus tard à Pierre René Péan, chevalier et seigneur de Livaudière.
  • En 1751, « dans la nuit du 14 au 15 mars, il s’éleva un vent si impétueux et si véhément qu’il renversa plusieurs granges et maisons et un nombre infini de cheminées, arracha les ormeaux d’un siècle, des arbres de toutes espèces (…) Notre clocher surtout, qui était en ruine, s’écroula sur le chœur avec tant de fracas, que les voutes en furent ébranlées. Le sanctuaire fut moins endommagé, mais la couverture du Chœur et de la nef fut réduite en poussière et toute la charpente brisée… »
  • En 1770, « La nuit du 26 au 27 novembre, la rivière de l’Indre a cru en six heures de temps de plus de dix pieds, et en six heures de plus encore, de cinq pieds, ce qui fait pour cette nuit plus de quinze pieds (3 mètres) (…) Elle a emporté tous les ponts qui étaient sur cette rivière, renversé quantité de maisons, elle est entrée dans l’église d’Azay. Elle a noyé des hommes, femmes, enfants et bestiaux (…) les uns se sauvaient qui au faite des maisons, qui à la cime des arbres … »

De l’époque féodale, au château, on ne retrouve aujourd’hui qu’une tour d’enceinte, le pigeonnier, la vis de l’escalier et les douves de la façade nord.

Après la Révolution

Pendant la révolution, les chroniques s’arrêtent, la gestion de l’état civil est tenue par les élus communaux. Le premier maire de Saché est élu en 1801, il s’agit de François Joseph Le Breton de Vonnes apparenté au propriétaire du manoir de Vonnes à Pont de Ruan. Il est réélu en 1807 et en 1812.

En 1810, on commence la construction de la route départementale 17 qui relie Loches à Azay le Rideau en passant par Saché, Pont de Ruan, Artannnes, Montbazon. On abandonne la voie romaine qui avait servi pendant près de 14 siècles.

Et c’est à partir de 1823 qu’Honoré de Balzac commence ses premières visites à Saché chez les de Margonne, voisins de ses parents à Tours. Son dernier séjour à Saché date de 1848.

Saché et ses célébrités

Découvrez les personnages célèbres qui ont vécu et participé à la vie de la commune de Saché

Fermer le menu
Fermer le panneau